Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘C-02. Conditions de travail et risques psychosociaux’ Category


Les chefs de services que représente le SNDP-CFDT sont abasourdis par les dernières annonces quant à l’absence de ligne budgétaire pour l’année 2019 pour renouveler les contrats des Agents Non Titulaires qui arriveront à échéance au cours de cette année.

Certains services, en DISP, SPIP ou établissements fonctionnent à plus de 50% avec des agents contractuels. Alors que le ministère de la justice développe des politiques « volontaristes », que la ministre souhaite développer les programmes de prises en charges et fait de la lutte contre la récidive une de ses actions prioritaires, les services de notre administration se verront pour certains, amputés de leur professionnels.


Quid des psychologues PEP ? Quid des DPIP, CPIP contractuels (faute de candidats au CAP ou du fait du nombre de postes proposés par l’administration centrale en sortie d’école supérieur au nombre d’agents titularisés) ? Quid des psychologues en SPIP ? Quid des attachés et des chefs de service administratif contractuels ? Quid également du respect des personnes ?

Notre responsabilité de bonne administration des politiques publiques s’arrêtera prochainement également et en cas de difficultés ou de survenance d’un fait majeur à fort retentissement médiatique, le SNDP se permettra de rappeler les difficultés et la souffrance des services résultante d’une rigueur budgétaire décidée sur des tableurs Excel. Lire la suite : Contractuels

Publicités

Read Full Post »


Selon l’article 6 du décret n° 2008-689 du 9 juillet 2008 relatif à l’organisation du ministère de la Justice, « la direction de l’administration pénitentiaire […] évalue la performance des services déconcentrés et de l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire (ENAP). Elle leur apporte conseil et expertise ».
Pourtant, le fossé étant devenu si grand entre l’administration centrale et les services déconcentrés, ces objectifs ne relèvent-ils pas désormais d’un pur fantasme ? Alors que, CAP après CAP, les postes proposés aux directeurs pénitentiaires au sein de l’administration centrale restent désespérément vacants, comment la direction de l’administration pénitentiaire peut-elle apporter conseil et expertise aux services déconcentrés ?
Le constat est tel que les personnels des services déconcentrés sont aujourd’hui dans l’incapacité de se figurer le travail réalisé au sein de la DAP. Rassurons- nous comme on le peut, cela leur fait au moins un point commun avec la majorité des personnels de la centrale… La DAP connaît en effet, depuis plusieurs mois, une crise profonde qui met en péril l’institution tout entière et l’état des lieux est consternant. Lire la suite : Etat AC-DAP

Read Full Post »


Le directeur de l’administration pénitentiaire a démissionné vendredi soir. Une situation inédite, surtout à trois semaines d’une élection présidentielle.
Selon nos informations, Philippe Galli abrège un mandat (débuté le 19 septembre dernier) au motif que « les conditions de confiance et de respect ne sont plus réunies » entre le ministère (ministre et cabinet) et lui. Il faut bien peser ces mots de la part d’un serviteur de l’État depuis plus de trente ans, ayant connu plusieurs administrations, et que l’on ne peut a priori soupçonner d’irresponsabilité.
Ceci confirme spectaculairement une situation délétère dans la haute gouvernance de la pénitentiaire, que nous dénoncions pas plus tard que mardi dernier (notre communiqué AC !). Nous n’évoquions que notre propre administration, mais les autres directions du ministère de la Justice sont également touchées par un renouvellement accéléré de leurs cadres. Lire la suite: démission du DAP :

Read Full Post »


La commission administrative paritaire des directeurs des services pénitentiaires qui s’est tenue le 21 mars 2017 a délivré son lot de surprises.
Passons sur certaines décisions individuelles contrevenant aux solutions trouvées lors de la précédente CAP ou de la pré-CAP, qui témoignent de l’opacité dont peut faire parfois preuve l’administration.
La décision la plus spectaculaire est sans conteste la republication des postes du chef d’établissement et de son adjoint  de la maison d’arrêt de Paris-la-Santé. Il existait d’une part un nombre conséquent de candidat-e-s tout à fait aptes à ces deux fonctions. La DAP avait répondu d’autre part au SNDP que l’urgence était de pourvoir ces postes, le 21 mars étant déjà tardif et ne permettait pas de satisfaire notre requête de nommer le CE à la CAP du 21 mars puis l’ACE à celle du 08 juin (permettant au premier de pouvoir donner son avis sur le second). Mais voilà que soudainement l’administration veut se donner un délai supplémentaire de réflexion… De réflexion sur quoi? Sur qui? Mystère et boule de gomme.
Boule de dégomme peut-être, lorsque l’on voit comment sont gérées certaines situations individuelles à l’administration centrale (AC). Lire la suite : DAP-AC 28 mars 2017

Read Full Post »


Face aux annonces politiques et aux missions accrues de l’administration pénitentiaire, le Syndicat National des Directeurs Pénitentiaires se doit d’attirer l’attention sur cette marche forcée qui répond à des commandes politiques ne tenant pas suffisamment compte des réalités du terrain.
La mission « Extractions Judiciaires », véritable « boulet » au pied de l’AP, n’est toujours pas dotée du nombre d’emplois correspondant à l’activité judiciaire. Cette situation, qui génère régulièrement des incidents incompréhensibles par les citoyens et les victimes, est d’ailleurs sourceAperçu de crispations entre les parquets généraux et les directions interrégionales, ainsi qu’entre la Direction de l’Administration Pénitentiaire et la Direction des Affaires Criminelles et des Grâces.
Les recrutements massifs pourtant annoncés et la priorité donnée au pourvoi des postes des Pôles Régionaux d’Extractions Judiciaires (PREJ) ne rassurent pas les directeurs des services pénitentiaires qui voient les établissements toujours sous-dotés en personnels. Les DSP ne savent plus quoi répondre à leurs agents à qui ils imposent d’effectuer chaque année des centaines d’heures supplémentaires, en dehors du strict cadre du volontariat, afin d’assurer l’équité des rappels entre les agents et la pénibilité induite. Lire la suite : les-missions-du-surveillant-penitentiaire

Read Full Post »


Mardi 21 juin s’est tenue la commission administrative paritaire des directeurs des services pénitentiaires, comme toujours organisée par le bureau RH5, suivie d’une rencontre entre le Syndicat National des Directeurs Pénitentiaires et la nouvelle cheffe de ce même bureau de la gestion des cadres supérieurs de la DAP, madame Isabelle RINEAU.
La CAP a commencé de façon un peu tendue entre la directrice Isabelle Gorce et les représentants des personnels, dont elle n’a pas apprécié la déclaration liminaire de l’une (de FO-Direction) ni le rappel de l’autre (SNDP) de son communiqué du 1er mai 2016 « La DAP en est cap » exprimant le mécontentement des DSP portant notamment sur la date initialement tardive puis finalement encore retardée de cette importante CAP de mobilité.
Madame Gorce a sèchement rétorqué que la CAP se tient toujours en juin (ce qui n’est pas exact : il y en eut en mai), que les magistrats sont moins bien traités avec une commission le 13 juillet, que nous sommes malvenus de nous plaindre puisque nous sommes logés, et que « le corps survivra » à ce contretemps. Certes le corps sur-vivra, comme il survit quotidiennement à des avanies de toutes sortes.

Lire la suite : une journée avec RH5

Read Full Post »


Une délégation du Syndicat National des Directeurs Pénitentiaires a été reçue par la directrice de l’administration pénitentiaire Isabelle Gorce, pour procéder à un tour d’horizon des sujets pénitentiaires.
La préparation de cette rencontre a recouvert les deux champs de syndicalisation de notre organisation syndicale réunissant DSP et DPIP pour une vision globale de la pénitentiaire recouvrant la probation et la détention.
L’exercice nous a également permis de faire un bilan à trois ans sur les principaux sujets mis en avant par la directrice dès le mois d’août 2013: l’importance prise par le milieu ouvert dans la lutte contre la récidive, le lien entre immobilier pénitentiaire et gestion de la détention et les problématiques liées au recrutement, à la formation et aux cycles de travail des agents (notamment des surveillants).
Nous avons abordé la question statutaire de la réforme des DSP, qui fait l’objet d’ultimes et d’ailleurs « étonnantes » questions de la DGAFP, sur un sujet que la directrice estime bouclé d’autant que « bleui » par Bercy depuis plus de six mois. Lire la suite : Audience Isabelle Gorce SNDP 28 juin 2016

Read Full Post »

Older Posts »