Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘A-07. Plan de lutte contre la radicalisation’ Category


L’attaque au sein du centre pénitentiaire de Condé sur Sarthe vient rappeler la dangerosité des publics que l’administration pénitentiaire a sous sa garde. Les faits survenus le 5 mars 2019 démontrent combien les passages à l’acte violents peuvent être soudains et mettre la vie des personnels pénitentiaires en danger.

Les directrices et directeurs pénitentiaires du SNDP adressent aux agents blessés, ainsi qu’à leurs proches leur soutien et leurs vœux de prompt rétablissement.

Au-delà des recherches de responsabilités quant à la survenance de ces faits, de la mise en place de modalités particulières de contrôle des accès ou de toute autre réponse apportée dans l’urgence, le ministère de la justice doit s’interroger sur les contrôles aléatoires et obligatoires pouvant être exercés par le personnel sur ceux qui entrent dans un établissement pénitentiaire. Cette question, apparue lors d’une évasion du centre pénitentiaire de Moulins en 2009 grâce à l’explosif et à l’arme qui avaient été introduits au parloir par une visiteuse, n’a jusqu’à présent et à notre connaissance jamais été arbitrée par le ministère.

L’interrogation de l’opinion publique quant à l’absence de contrôle dans le cadre de l’accès à un établissement pénitentiaire est légitime et doit, enfin, entraîner un arbitrage du ministère de la justice, dans le sens de la sécurité publique. Lire la suite : Communiqué SNDP CFDT

Publicités

Read Full Post »


Mercredi 17 janvier 2018, les organisations syndicales SNDP-CFDT et FO-Direction rencontraient le conseiller dialogue social de la garde des Sceaux au sujet de la situation actuelle des établissements pénitentiaires.
La délégation était composée de quatre représentants FO-D et de Damien PELLEN et Emmanuel RIEHL pour le SNDP-CFDT.

Nous avons tout d’abord exprimé notre amertume quant à l’absence de soutien affiché à notre collègue directeur du centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil.
Il nous paraît anormal et de mauvais augure de répondre favorablement à l’exigence du départ d’un chef d’établissement comme préalable à l’ouverture de négociations.

Nous avons souligné l’exposition des postes de direction d’établissement et le sentiment de risquer d’être « lâché » par notre hiérarchie à la moindre difficulté. La nécessité d’apporter un réel soutien à l’équipe de direction en place à Vendin a été soulignée. Nous demeurerons attentifs à son effectivité, ainsi qu’aux engagements pris envers le directeur de cet établissement.

La situation des directeurs des services pénitentiaires est inquiétante et se traduit à juste titre par un manque de volontaires pour occuper des postes de chef d’établissement surtout dans les structures les plus sensibles. Nous avons rappelé et attiré l’attention du conseiller sur la nécessaire résolution du conflit actuel par des annonces rapides et claires pour rétablir le fonctionnement normal d’un service public éprouvé par un climat social qui pourrait se détériorer gravement localement. Lire la suite :directeurs reçus place Vendôme

Read Full Post »


Le SNDP-CFDT a rencontré mardi 06 décembre M. Philippe GALLI, directeur de notre administration, juste avant la commission administrative paritaire des directeurs des services pénitentiaires.
En présentant notre organisation, nous avons insisté sur le fait que le fil rouge du travail tant des établissements que des SPIP reposait plus sur la logique de continuité de prise en chargedu public que sur les différents milieux d’intervention et parcours des personnels de direction, dont nous souhaitons l’unification en un seul corps.
Dans une période où les politiques tendent à questionner les périmètres ministériels, il apparait ainsi primordial pour le SNDP que notre administration garde sa cohésion détention-probation et son unité permettant de rendre visible son action à l’extérieur. Lire la suite : rencontre-dap-sndp-06-decembre-2016

Read Full Post »


Radicalisation: communiqué du Syndicat National des Directeurs Pénitentiaires

La radicalisation, notamment islamiste, en prison est un phénomène complexe et déjà ancien.
Au-delà des personnes prévenues ou condamnées pour des faits de terrorisme, l’identification-même des détenus « à risque » est difficile, les plus dangereux n’étant pas toujours les plus démonstratifs, et les profils d’islamistes étant différents dans leur voie d’accès à cette « idéologie » comme dans leur façon de l’exprimer envers l’administration pénitentiaire.
L’expérimentation en cours à la maison d’arrêt de Fresnes de regroupement de terroristes islamistes depuis trois mois doit être évaluée, et ne peut se réduire à une gestion strictement carcérale.
Le Syndicat National des Directeurs Pénitentiaires appelle donc à la prudence quant à une généralisation du « modèle fresnois » à des établissements dont la configuration comme la structure de population carcérale ne s’y prêtent pas forcément.
De plus, si le regroupement, l’isolement collectif complet, permet théoriquement de neutraliser les effets sur le reste de la population pénale, il peut également conduire à une certaine émulation des radicaux entre eux, sans éviter par ailleurs que d’autres détenus cherchent à les rejoindre dans ce quartier dédié.
Il faudra aussi et surtout un véritable programme de « dé-radicalisation », de « désemprise mentale », impliquant des spécialistes en plus des professionnels pénitentiaires et des partenaires oeuvrant habituellement dans les prisons. Le renforcement des moyens de l’aumônerie musulmane est indispensable pour y parvenir.
Enfin, le rôle des services pénitentiaires d’insertion et de probation, important en milieu fermé, sera déterminant en milieu ouvert pour suivre l’évolution de nombreux individus dont la dangerosité est immédiate pour la sécurité publique.
Quelles que soient les décisions prises dans les prochains jours, l’approche et le traitement individualisés de la personne sous main de justice ainsi que la coopération entre les services de renseignement sont indispensables pour réduire les risques à court et à long terme.

Read Full Post »


Dépêche AFP: regroupement islamistes: les directeurs de prison appellent « à la prudence »

Paris, 20 jan 2015 (AFP) – Le syndicat national des directeurs pénitentiaires (SNDP) a appelé mardi « à la prudence » sur la généralisation des « regroupements de terroristes islamistes » en prison souhaitée par le Premier ministre Manuel Valls.
« L’expérimentation en cours à la maison d’arrêt de Fresnes de regroupement de terroristes islamistes depuis trois mois doit être évaluée et ne peut se réduire à une gestion purement carcérale », écrit le syndicat dans un communiqué en appelant « à la prudence quant à une généralisation » de ce modèle « à des établissements dont la configuration comme la structure de la population carcérale ne s’y prêtent pas forcément ».
« De plus, si le regroupement, l’isolement collectif complet, permet théoriquement de neutraliser les effets sur le reste de la population pénale, il peut également conduire à une certaine émulation des radicaux entre eux, sans éviter par ailleurs que d’autres détenus cherchent à les rejoindre dans ce quartier dédié », font valoir les directeurs de prison.
Pour le SNDP, il faut surtout mettre en place « un véritable programme de dé-radicalisation, de désemprise mentale, impliquant des spécialistes en dé-radicalisation en plus des professionnels pénitentiaires et des partenaires oeuvrant habituellement dans les prisons ». Il souhaite également un « renforcement des moyens de l’aumônerie musulmane ».
Enfin, le syndicat insiste sur le rôle « des services pénitentiaires d’insertion et de probation », notamment « en milieu ouvert pour suivre l’évolution de nombreux détenus dont la dangerosité est immédiate pour la sécurité publique ».
Manuel Valls a annoncé la semaine dernière la création « avant la fin de l’année » de « quartiers spécifiques » en prison pour les détenus « radicalisés.
Le chef du gouvernement a fait référence à « l’expérience menée depuis cet automne à la prison de Fresnes » (Val-de-Marne), où 23 détenus islamistes radicaux sont regroupés dans un quartier spécifique, contre une quinzaine au début de l’expérience, début novembre 2014.
Quelque 153 islamistes radicaux sont actuellement en prison pour des crimes et délits à caractère terroriste sur une population de 67.000 détenus, selon la Chancellerie.
pr/mra/jag

Read Full Post »